Mon bouquin de l’été

En ce beau dimanche de septembre, j’avais envie de te parler de quelque chose de… Plutôt triste et déprimant. Bon aller, reste quand même, ça n’en est pas moins intéressant (j’espère) !

Je vais te parler de l’un des seuls bouquins de mon été (je t’avais bien dis que j’en reparlerais !), qui fût une première pour moi à plusieurs niveaux :

  • Premier roman lu en version originale anglaise
  • Premiers pas dans l’univers de Phillip K. Dick

Ce roman, il s’appelle A Scanner Darkly, Subtance M en français. Je ne l’ai pas choisi pour l’histoire à la base, je n’ai même pas tout de suite compris l’univers dans lequel elle se déroulait. La raison pour laquelle j’ai acheté ce livre est bien plus pragmatique : c’était le seul bouquin de Dick disponible en anglais au Sauramps de Montpellier. Pas forcément emballée par l’histoire au premier abord, j’ai tout de même décidé de faire confiance à la réputation de cet auteur dont je ne connaissais rien. Et tu sais quoi ? J’ai vraiment bien fait !

maxresdefault
Image issue du film « A Scanner Darkly » datant de 2006.

L’auteur te plonge dès les premières lignes dans les bas fonds de la société, chez un homme en pleine crise d’hallucination à cause de la drogue qui ravage le pays : la substance Mort. Cette drogue attaque directement le cerveau de l’utilisateur, et détruit peu à peu ses capacités de raisonnement.

Nous suivons donc le parcours de Bob Arctor, agent infiltré dont le but est de trouver la source d’approvisionnement en substance M des dealers de la ville. Obligé de consommer pour garder sa couverture, il arrive tant bien que mal à gérer ses relations avec ses supérieurs et les autres junkies. Mais quand ses supérieurs, ne connaissant pas son identité d’infiltrés, lui demandent d’enquêter sur lui même, les séquelles psychologique ne se font pas attendre…

Je préfère te prévenir dès maintenant : si tu as des tendances à déprimer facilement, ce livre n’est pas fait pour toi. Il m’a fait énormément réfléchir sur la drogue, les mécanismes qui entraînent quelqu’un dans cette spirale infernale, et qui l’empêche d’en ressortir. Dick cherche à comprendre tout cela, comme il l’explique dans sa note personnelle à la fin du roman. Il propose une vision très pessimiste de ces mécanismes (tu comprendras très certainement ce que je veux dire par là si tu le lis, mais je préfère pas te raconter la fin !).

J’espère que l’article t’a plu ! Désolée pour ce format un peu court, comme tu as pu le voir sur les réseaux sociaux j’ai eu une rentrée légèrement mouvementée. Je me rattraperai bientôt, promis ! Tu peux aussi me retrouver sur Facebook, Twitter ou Instagram pour parler et ne rien manquer de mes prochains articles !

Publicités

3 commentaires sur “Mon bouquin de l’été

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :